Analyse: Julien PALUKU devant deux voies pour une, aller à Kinshasa ou rester au Nord-Kivu

0
270
views

Le Nord-Kivu, peut-être pas comme les autres Province de la RDC, connait une courte impasse politique quant à son devenir. Le moment attendu pour un discours limpide vient plutôt de ressusciter les traces indélebiles de l’histoire d’un Président aux manoeuvres transphrastiques dans ses communications, pour la plupart voulues apaisantes selon les circonstances.

Certes, les population de Goma et du Nord-Kivu voyaient un Homme au soir de son règne au siège des institutions provinciales. Mais comme appris de son Maître, celui que nous pouvons aussi appeler “Ancien ou ex Gouverneur” du Nord-Kivu vient de plonger la classe politique et savante dans un cul-de-sac où seuls les initiés sauront identifier le patelin.

Un discours d’aurevoir?

Peut-être oui, pour le caractère énigmatique qu’il dénote et pour les actes accompagnateurs de signatures d’arrêtés portant nommination de certains cadres (ses disciples appelés à vivre désormains loin de lui) de l’Administration publique en Province du Nord-Kivu. C’est vrai, il n’aura pas été le seul, moins encore le premier à dire son départ en des termes adaptés à sa carrière et aux conditions de son énonciation, mais aura été la maille d’une chaine appelée à se retracer un avenir à côté de sa roue.

Un moment d’évaluation du bilan durant douze ans de commande au Nord-Kivu?

Peut-être oui, pour une possibilité amoindrie de garder la même posture aux côtés des adversaires et compétiteurs aguerris pour cette nouvelle brèche politique.

De son actif, des routes(surtout dans la ville de Goma) auront étés asphaltées, des écoles primaires et secondaires construites, quelques infrastructures sanitaires disposées, des tentatives de sécurisation de la Province manifestées, etc. Homme au Grand Coeur, Julien PALUKU KAHONGYA aura su tenir contre vents et tempêtes pour faire le portrait et l’histoire d’un premier Gouverneur démocratiquement élu pour un mandat d’abord de cinq ans, puis celui encore de cinq autres années et enfin un glissement de deux dernières années avant de dire son départ, sans mieux le signifier à l’Éxécutif Provinciale du Nord-Kivu. Bien sûr, durant les douze ans à la tête du Nord-Kivu, des bévues auront été également constatées. Appelé à garantir la cohabitation des populations de sa Province, Julien PALUKU aura été plus parleur, observateur que faiseur, acteur, et quelques fois même sensible aux problèmes des uns que ne l’était à ceux des autres. L’épineuse, criante et reccurrente question liée à la situation sécuritaire du Campus du Lac aura été, sinon une des échappés pour n’y avoir jamais proposé une solution rogatoire, une de ses entretiens au regard de l’impérium dont il jouissait dans la Province. N’en déplaise aux négativistes, Julien PALUKU KAHONGYA aura fait sa part (d’ailleurs comme il l’avait déjà déclaré lors de son retour de Kinshasa pour un congé auprès de sa famille, son premier après dix ans au pouvoir, un certain 10 Septembre 2016).

Un espoir pour un nouveau Gouverneur?

Peut-être oui. Comme n’ayant pas été le premier Gouverneur du Nord-Kivu,(encore que même s’il l’avait été)Julien PALUKU ne pouvait pas rêver un trône simpiternel ou coutumier ou seule la mort dit stop. Oui, il part, un successeur arrive et fera aussi sa part. Pour certaines questions dangéreuses qu’il aura réussi à gérer, son Félix Antoine TSHISEKEDI aura intérêt à le consulter, même non volens, pour traverser les moments difficiles qui s’apparenteront à ceux vécus dans le règne de celui qui se présente d’ores et déjà comme le Joseph KABILA KABANGE du Nord-Kivu.

Le Nord-Kivu aura connu de Grands dans son passé, mais attend encore connaître les plus Grands pour son développement harmonieux.

-Par Ass. Daniel MPEZAMIHIGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here