Nord-Kivu: Effervescence au sein de la classe politique au tour de l’heureux et prochain gouverneur

0
198
views

Quelques jours seulement après l’annonce des résultats électoraux des Benis et Yumbi, des agitations et mouvements politiques s’observent au Nord-Kivu. Ces allés et retours, attérissages et décolages sont des indicateurs crédibles qui renseignent, en cours, des tractations aux fins de l’élection du prochain heureux ou malheureux ( si mal joué ) Gouverneur de Province du Nord-Kivu.

Le moment étant alors arrivé, autant aux politicards et personnes malveillantes de conduire cette belle Province à sa sombritude, il a aussi sonné aux Hommes d’État, l’heure de fédérer tous les acteurs politiques autour de la vision commune, celle de pérenniser les acquis du développement au Nord-Kivu.

Pour avoir vécu des crises dûes au retournement identitaire, la Province du Nord-Kivu peut se permettre, au travers de ses Leaders traditionnels et incontournables, d’espérer à une nouvelle ère. Alors que d’un côté, le désigné est déjà démasqué, de l’autre côté, la taciturnité paraît faire le temps.

PEUT-ON ESPÉRER À UNE UNANIMITÉ AUTOUR DU PROCHAIN GOUVERNEUR?

Cette équation étant envisageable, elle requiert le sens élevé de patriotisme chez les actants dans cette démarche. Comme au Sud-Kivu il n’y a pas longtemps, le Nord-Kivu peut transcender les anciennes pratiques aux conséquences facheuses qui sont restées imprimées dans les esprits des uns et des autres. Il n’est donc pas redoutable qu’un Gouverneur du Nord-Kivu est un Géant dans la politique sécuritaire de l’Est; ce qui recommande encore un homme plus fort que celui qui vient de finir son règne. Azimuter les intérêts égoistes et ethniques dans la gestion du prochain Nord-Kivu sera donc ouvrir la brèche aux ennemis de son développement à la fois intérieur et extérieur.

L’heureux, sinon malheureux et prochain Gouverneur aura alors des qualités à posseder, des mérites à louer, l’image à vendre, l’indocilité à prouver, la rigueur à démontrer, la personnalité à imposer, la grandeur à étaler et la culture à partager pour faire face aux velléités des dinosaures dans la gestion subséquente au système KAHONGYA-LUTAICHIRWA.

Ne répondant pas à ces qualités, la prochaine gouvernance sera boiteuse, calamiteuse, désastreuse, bancale et infiltrée. Par contre, ce même élu Gouverneur, une fois compétent, aura à consacrer autant sa politique à la poursuite du développement multisectoriel du Nord-Kivu qu’à accorder une importance considérable et non négligeable à la question sécuritaire pour son omniprésence et son imprévisibilité.

Il serait alors absurde, déraisonnable et atypique que les décideurs contemporains, aguerris et avertis conduisent au trône un novice, de peur qu’il ne s’accroche à la frivolité, aux bagatelles, aux sotisses, aux foutaises, aux chimères, …. pendant qu’il serait appelé à de hautes charges d’État. Étant innocent de la situation qu’il trouvera sur sa table, la plus haute responsabilité incombe aujourd’hui aux Géants traditionnels ayant fait leur part à la tête de cette province, d’où l’invitation au sens soutenu et responsable dans cette phase cruciale de tractations.

Pour sauvegarder la paix, la concorde et la cohabitation au Nord-Kivu, il s’impose, comme d’ailleurs émi par les autres leaders d’opinion, une rencontre de haute facture entre les forces traditionnelles et celles considérées jadis comme parasitaires.

-Par Daniel MPEZAMIHIGO.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here