Goma: Plus d’une jeune fille a peur de récourir à l’avortement

0
133
views

La contraception et l’avortement sont un problème de santé publique et de droit de l’homme. A Goma plusieurs mythes tournent autour de ce sujet.

Sujet qui a fait object de discussion à l’Université de Goma où des étudiantes pensent que l’interruption d’une grossesse conduirait à la mort vue les dangers qui geutent la femme pour cette pratique. Sous anonymat l’une des étudiantes révèle qu’elle préfère garder sa grossesse une fois enceinte bien qu’elle sera couverte de honte. A en croire ces propos, des filles qui récourent à l’avortement en perdent la vie .
À quoi bon mourir avant l’âge pendant qu’on a encore besoin de vivre? s’interroge-t-elle. A elle d’ajouter que dans sa communauté les lois sur l’avortement savèrent restructives voilà même pourquoi elle souhaite prévenir des grossesses non désirées en étant sexuellement active malgré que l’utilisation des méthodes contraceptives est un casse tête pour la plupart.
Néanmoins, cette jeune femme remet en cause ceraines normes sociales et attitudes des gens vis-à-vis d’une femme qui pratique l’avortement. Selon elle ces normes occasionnent beaucoup d’avortement non sécurisés et la mort d’un certain nombre des femmes.
D’où elle plaide pour une éducation sexuelle pendant l’âge scolaire l’utilisation de moyen de contraception efficace accessible à tous sans dinstinction, et à la légalisation de l’avortement en RDC pour esquiver à des lourdes peines des interruptions des grossesses clandestines.
Retenez que l’accès à l’avortement en RDC est autorisé en seulement trois cas : agression sexuelle (viol), Inseste et en cas d’une grossesse à haut risque selon la charte africaine des droits de femmes promulguée en 2018.

-Par Lyliane safi sharanguza

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here